31 décembre 2020

Ce matin, Lucien et moi, on est allé faire nos courses pour le réveillon. Il y avait du monde, on était très serrés dans le supermarché. Même qu’une dame impolie m’a bousculée au rayon vins. Je lui ai donné un coup de sac. Les gens sont inconscients, avec ce virus qui court.Nous, on porte nos…

Sort à crédit

Comme je ne sais pas trop où je vais, j’ai choisi un lieu de villégiature provisoire. Un lieu qui ne porte pas à conséquence, un point de chute neutre. Moi et ma poussière, nous nous appuyons contre le mur de cet immeuble locatif qui sent le neuf. Avec le livre. Je suis venu quatre fois…

Fin de règne

Comme tous les jours, je me suis levé ce matin vers six heures trente. Petit déjeuner pendant que mon chien va faire sa balade dans le jardin. Mon épouse n’a pas trop envie de me voir à la maison, alors, bien que retraité depuis près de vingt ans, comme tous les jours, je vais me…

Devine qui vient dîner…

Samantha venait de mettre le rôti au four. Elle finit de disposer la vaisselle du dernier carton sur les étagères de la cuisine. Mickael, son mari, avait convié le nouveau directeur commercial de l’entreprise et sa famille à dîner. Elle se réjouissait car elle aimait cuisiner et voyait là une occasion de faire de nouvelles…

Disparu

Qu’est-il advenu de lui ? D’une minute à l’autre, plus rien ! Des semaines que nul ne l’a aperçu, pas la plus petite trace. Il n’est pas décédé, ça se saurait ; il a purement et simplement disparu. S’agit-il d’un de ces mystères que le temps lui-même ne permettra pas d’élucider ? Des malfrats peut-être ? Si tel est…

Ernestine

-- Bonjour, Ernestine. -- Bonjour, Docteur. Entrez ! Je vous montre le chemin...Voici des années que, chaque lundi, la vieille dame guide le docteur Stevens jusqu’au salon où, sur la cheminée, trône le portrait de feu “Monsieur Ernestine”. Dessous, une plaquette de cuivre porte gravement ces mots : MORT POUR LA PATRIE. Un képi coiffe le…

Proust

-Où rangez-vous Proust, lançai-je au tenancier de l’épicerie de nuit. Étincelle dans l’œil jusqu’alors hagard du vieillard répandu derrière son comptoir. -Jeune homme, Proust est rangé aux oubliettes, ici, vous n’en trouverez point. Sachez que la littérature dont je me nourrissais m’a affamé. Je fus libraire, aujourd’hui je remplis des panses et lamine des pancréas…

La carte soleil

Pour agrémenter un samedi soir de l’année 1978, avec ses quatre petits-enfants, pendant que ses « jeunes » étaient allés danser le disco à la brasserie du coin, ma grand-mère nous avait installés, mes cousins et moi, devant une gigantesque boîte remplie à ras bord de photographies en noir et blanc. Elle nous offrait, en quelque sorte,…