La fraîcheur de la nuit envolée, les rêves mal éveillés, une nuit sans grande qualité de repos, se voit terminée par une aube salvatrice. Se lever, poser un pied, mal assuré, se diriger vers la porte-fenêtre, la franchir et marcher d’un premier pas hésitant dans l’herbe jaunie par le soleil écrasant de l’été lot-et-garonnais. Je sens les brins craquer légèrement et quelques rares gouttes de rosée, sous mes plantes de pieds. Je m’éveille tout doucement, dans cette marche méditative, en posant ma conscience sur le déroulé du pied : ici et maintenant. Le regard vague se cale sur l’horizon lointain du pech. J’entame ainsi cette nouvelle journée selon mon rituel préféré : renaître à une nouvelle aventure journalière.

Je contourne la piscine par sa gauche, et je me dirige vers la douche solaire, légèrement caressée, par la lumière diaphane. Il est six heures, les ombres disparaissent et le tableau prend toutes ses couleurs et formes. Je marche seule, au doux son des babillements des oiseaux. Je contemple les pots fleuris qui de géraniums, qui de cosmos, qui de tournesols, qui de capucines, qui de pois de senteurs, qui de pétunias. Une explosion de couleurs prend place sur cette carte postale géante.

Mes chats, d’un pas feutré, en s’étirant, arrivent de je ne sais où ! Ils dorment à l’extérieur, ils arrivent heureux de nos retrouvailles matinales. De ronds de jambes, en câlins, en prises dans mes bras, en clignements d’yeux, en ronronnements, nous nous saluons et honorons le jour nouveau avec grand plaisir d’amour. J’entends, dans le bois voisin, mes chevaux s’ébrouer la crinière pour me spécifier leur présence toute proche et m’inviter à les rejoindre pour un « câlin-bizou » du matin.

Je passe dans la dépendance chercher deux grosses poignées de gourmandises de bouchons à la « pomme-foin ». Avec précaution, je passe sous le fil de clôture électrifié et me glisse tout contre eux pour mieux les étreindre. Les gourmandises dégustées, je les quitte pour aller me rincer les mains dans le bassin en pierre et reprendre ma balade suivie en ligne par mes deux chats. Je me dirige vers le potager et contemple sa biodiversité : pommes-de-terre, poivrons, aubergines, fraises,  menthe, courgettes, côtes de bette, tomates, salades, melons…. l’eau me monte à la bouche et je cueille avec délicatesse une tomate cerise ovale, je la frotte brièvement et la porte à mes lèvres. Un croquant gourmand explose sur mon palais : voyage au pays des sens. Je me dirige vers la serre et la dépasse en direction de la ruche où les filles travaillent déjà avec ardeur : bientôt Michel apportera le premier pot de miel pour dégustation.

Je fais demi-tour devant le reine-claudier et reprends le chemin en direction de la terrasse ouest de la maison : je m’assois sur une chaise longue et pose mon regard sur le vaste horizon à cent quatre vingt degrés. Des champs de tournesols colorent de jaune, en contraste avec les blés murs légèrement jaune grisé, le col de Trescol,  passage obligatoire pour redescendre sur la plaine de Villeneuve-sur-Lot,  située à trois kilomètres à vol d’oiseau. Gil arrive avec le plateau du petit-déjeuner : un fumet de pain grillé m’invite à table pour un régal matinal.

PAR CHANTAL ART-DY

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s